Emigration

Le Kosovo est en partie une grande plaine mais cernée par les montagnes. Un col à 1800m débouche sur une série interminable de lacets raides et courts qui me font presque tourner la tête. Je dors à Pejë dans un petit hôtel. La ville est étrange, à motié detruite sans structure à part la grande avenue qui la traverse de part et d’autre. Des centaines de petites échoppes pourries et des casinos luxueux dans chaque rue. Les grosses berlines doublent des charrettes à cheval. Des mafieux trafiquants de drogue et des gens du voyage qui trient les déchets dans un centre de police de l’ONU désaffecté  se croisent sans se regarder. Je cherche sans succès un lieu festif et sympathique, les bars ferment à 10h30 et ne sont occupés que par quelques hommes peu joyeux. Je crois que la population n’a pas la tête a la fête. Le lendemain je poursuis vers Dakovica et Prizen, des tas de petites rencontres sur cette route semi urbaine, station de lavage pour voiture et petite épicerie occupent une bonne partie de l’espace.

Gjon est l’un de ces milliers d’épiciers, il parle français couramment. Comme des milliers il a émigré, pour lui c’était la Belgique. Tant de personnes de ces pays n’on pas l’espoir d’y réussir leur vie, ils ont émigré et émigrent encore. Certain reviennent avec un petit pactole pour lancer une petite affaire. D’autres reviennent dégoûtés du traitement que l’on sait leur réserver « asseyez-vous! » interjection policière, seuls mots de francais retenus par un jeune qui bosse dans les stations de lavage. Gjon m’offre café, banane et jus de fruit me fait rencontrer ces potes de la station service d’en face(eux ont émigré en Allemagne),  je reste presque deux heures il me propose même le gîte et le couvert mais il est à peine midi et j’ai les jambes pour faire encore un bon paquet de km. J’aurai peut être dû accepter, la pluie est arrivée dans l’après midi.

Le Kosovo est bel et bien différent du monde serbe que j’ai pu apercevoir, ils ne parlent pas la même langue, ne pratique pas la même religion, le paysage est différent. Je vois là une arrogance des politiciens serbes qui s’obstinent à vouloir contrôler ce pays.

Désolé pas de photos pour celui-là il faut bien que je force un peu l’esprit imaginatif de mes lecteurs. C’est beau et moche à la fois et sûrement mieux quand c’est vu sans filtre photo.

Publicités

A propos elievadrouille

Ami du velo et de la curiosité
Cet article a été publié dans Kosovo. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s