Serbie?

Je quitte Sarayevo après avoir passé deux jours en compagnie de Laura et Aitor, un couple espagnol super qui parcourt les routes sans relache à vélo. Il neige, la sortie de la ville est encore cernée par les mines antipersonelles, ne pas quitter la route sur cette dizaine de km! Dans un resto francais (oui oui oui, en pleine campagne bosniaque) J’apprends que la route qui suit la riviere est impraticable, ce sera un col à 1400m, la neige tient au sol, l’asphalte brille parfois par son absence mais les paysages sont sublimés par ce manteau blanc. J’arrive sans problèmes à Gorazde, petite ville entre trois pays (Montenegro, bosnie, Serbie).

J’aperçois une ferme à la sortie de la ville, même modéle que les fermes écossaises, ca me plait je demande à planter la tente devant la maison. Refus catégorique, tu dormiras dans la maison me dit-on. En moins de 10 secondes, je me retrouve avec un verre de rakia (alcool local) entouré de toute la famille.
Ils sont serbes et orthodoxes, Goran le père dirige la ferme (bio!) avec sa femme, les deux grands fils sont étudiants l’un en médecine l’autre en économie. Une ado et la grand-mère complète le tableau. Toute la famille parle un anglais assez faible mais suffisant pour nous comprendre. Au premier abord ils ne comprennent pas bien le sens de mon voyage mais sont très curieux d’en savoir le plus possible sur la France, ma famille et moi-même tout comme moi à leur égard. En tant que serbes ils sont minoritaires dans cette ville, ils ressentent cela comme un poids. Goran voudrait vendre sa ferme pour vivre en Serbie mais « les musulmans ne me donnent pas le bon prix » Pourtant il est né dans cette maison. La guerre a laissé encore une fois des marques trop lourdes, leur maison a été brûlée, la ferme détruite durant la guerre. Les relations sont mauvaises avec leurs voisins, clairement ils n’aiment pas les musulmans. Cependant cette rancoeur n’efface pas leur générosité, je suis nourri deux fois plus que nécessaire, difficile de refuser quoi que se soit (d’autant plus que c’est super bon le bio serbe) Je parviens tout juste à esquiver la rakia à 8h le matin.

La frontiere avec le Montenegro, la neige de la veille m'a valu une petite chute sans gravité. y'a un debut a tout

Le lendemain je suis au Montenegro. Pays plus riche mais la générosité et l’accueil reste superbe. A chaque halte dans un café il m’est impossible de payer, le patron ou un client le fait systématiquement pour moi. Je longe la frontière serbe sans y entrer. J’ai l’impression que la population serbe dépasse de son pays. Tous sont serbes dans cette partie du Montenegro, drapeau et télé serbe partout.

Trois maisons et un bar entre deux routes, je m’arrête prendre un café. Personne ne parle anglais. Je comprends que l’affaire est familiale et que la tourmente les traverse. (sans en comprendre le pourquoi) Un homme déjà saoul fait des grands discours en frappant violemment du point sur la table. La femme est au bord du craquage nerveux, ses larmes ne sont pas loin. Je les trouve très russes dans leur physique et leur allure, ici je paye mon café.

Le soir c’est dans un village muni d’une église et d’une mosquée que je trouve un accueil. Mes hôtes sont musulmans et ont de bonnes relations avec leur voisins orthodoxes, ça fait plaisir à voir. Une seule personne parle anglais, l’un des fils qui a vecu aux Etats-Unis. Ici on est nostagique de Tito, le père de la Yougoslavie. On me dit aussi qu’il  y a beaucoup de travail mais peu d’argent dans ce pays. Accueil simple et généreux, ces gens sont extraordinaires.

Publicités

A propos elievadrouille

Ami du velo et de la curiosité
Cet article a été publié dans Bosnie Herzégovine, Montenegro. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s