Acte II

J’ai dormi la dessous, sans l’orage a 4h du matin c’aurait ete parfait. Ca m’apprendra a reflechir meme extenue.

Kavala a 170km de Thessalonique, je retrouve les lurons sur le port. Je recupere un rythme plus soft avec eux, j’ai l’impression de me reposer avec seulement 70-80km par jour! Alexis Thomas et Nicolas sont comme des glaneurs du voyage. Les évènements tombent a leurs pieds tels les pommes des arbres. Bien sur il faut regarder un peu entre les grandes herbes pour les trouver parfois. Bien sur il est un devoir de croquer dedans a pleines dents. La Spontanéité de leur bonne humeur et de leur gentillesse est bien réconfortante.

Thomas

Alexis

Nico

Je les convaincs de passer par une route qui se trouve etre un chemin avec une riviere a passer a gue. On torture un peu les velo sur le chemin caillouteux mais ca en valait le coup.

Xylaganie une petite bourgade est dotee ce soir la d’une fete populaire et traditionelle. Chants et costumes de rigueur. Un chouette moment que cette soiree au couleur d’ete.
Minuit alors que nous quittons la place principale, Vaya nous aborde. Elle parle tres  bien francais, spontanement nous invite a dormir chez elle. Elle travaille a Athenes dans la reliure, mais aime son village et ses parents. Aussi souvent que possible elle vient faire le plein de calme et d air pur. Elle, comme ces parents sont simplement genereux, le soir meme, sa mere nous donne une boite de gâteaux faits maison : « de toute facon vous emporterez au moins ca, c’est une mere greque! » explique Vaya. Nous aurions aussi entre autres une bouteille de Tsipouro (alcool de vin a 50degres au moins) fait par son pere. Vaya est prestement invitee en France par nous quatre, une occasion entre autres de passer de la pratique du francais presque parfait au parfaitement parfait.

On reprend la route vers la turquie par un chemin pourri pour les velos et magnifique pour les yeux. La c’est une portion facile et moche, croyez moi si vous voulez!

Le vent! Il est la depuis Tessalonique, de face bien sur, sinon aucun intérêt d’en parler. Il ne nous lachera pas, bien au contraire il se renforce jusqu’ a Tekirdag ou nous prenons le bus pour rentrer dans Istambul.

Ville enorme et a la limite du praticable avec un velo. J’y retrouve toute la troupe, Alice Pierre et Sylvain. Istambul me semble presque plus europeenne que Sarajevo. On y voit mini jupe et tchador, des quartiers commercants thématiques, des embrouillages monstrueux, l’Histoire en mouvement. C’est la porte de l’Asie, un entre-monde ou une ville monde?

On a du mal a visiter cette ville car le logement gratuit n’est pas si simple a trouver on doit changer de lieux tous les soirs ou presque au gre des rencontres et de la disponibilité de nos hôtes. Cela s ajoute aux activites incontournables du voyage comme réparer mon velo qui a bien failli etre perdu pour toujours. Le filetage du pédalier et du cadre était foutus (grâce a un mauvaıs mécano croate). Je me voyais deja faire du stop en Turquie le temps de faire marcher la garantie a vie de mon velo. Nul besoin finalement quand on cherche on trouve! LE meilleur mécano du pays a sauve mon velo, change le boitier de pédalier pour le tiers du prix normal.

L’Acte II du voyage commence demain. L’Acte I fut deja exceptionnel, ces 80jours de voyage m’ont revele tant de choses. Aucune que je n’ai su prevoir ou imaginer, rien de ce que je pensais vivre ne s’est produit. Je passe mes journee a me surprendre, parfois me décevoir, toujours une conclusion positive qui me fait evoluer.

je quitte mon continent sans regret mais avec une sensation de trop peu, le temps, le budget, les climats nous obligent a poursuivre sans attendre.

Publicités

A propos elievadrouille

Ami du velo et de la curiosité
Cet article a été publié dans Grece, Turquie. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour Acte II

  1. Karin Pennetier dit :

    Je viens juste de relire ton dernier article daté du 7 mai. Un grand plaisir de te lire, toujours, et de suivre ton parcours, autant physique que spirituel. Contente aussi que tu aies retrouvé tes compagnons de voyage, salue les bien de notre part. Bon courage pour la suite, et surtout que ton vélo ne te lache pas! Je t’embrasse, Karin

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s