Ma maison indienne

DSCF4117

Delhi m’est apparu comme étant singulière par sa saleté.  L’odeur de pisse est partout. Les ordures ont la part belle sur la voie publique. La circulation insupportable, le bruit des moteurs, des klaxons, des cris habillent bien ces épouvantables déferlantes de véhicules qui se doublent, se collent, coupent la route, roulent en sens inverse, freinent en urgence… Telles une nuée de mouches folles qui foncent et se bousculent vers la prochaine merde fraîche.  Je décampe aussi vite que possible.

A Jaipur, capitale du Rajastan, je suis scrupuleusement les instructions envoyées par ma Maman, elle a déjà voyagé en Inde. Mais pour Noel elle a décidé de renouveler l’expérience afin de constater de visu les changements de l’Inde depuis ces 35 dernières années. Enfin, je pense savoir qu’elle voulait surtout profiter de l’occasion pour voir son fils, on a beau partir au bout du monde une mère ça vous lâche pas! Même quand on a l’age d’avoir de la barbe et un vélo!

Nous profitons pleinement de nous retrouver ce soir de Noël ébloui par l’accueil si généreux de Rajana et sa famille qui gère la maison d’hôte ou nous séjournons.  N’oublions pas que noël est une fête religieuse, c’est tout naturellement que Rajana nous emmène faire une petite virée dans un grand temple hindu à la deco kitchisime. Nous nous plions avec bienveillance aux dévotions d’usages.

 DSCF4157

Si l’Inde avait été inventée par un écrivain ou un cinéaste elle aurait sa place dans la catégorie surréaliste. C’est un monde mouvant d’hommes, de femmes, d’enfants de toutes conditions,  la pauvreté de certain jaillit face aux beautés des palais d’antan, l’aisance des autres révèle les taudis des faubourgs. Les couleurs des saris, grandes robes traditionnelles portées par les femmes répondent ironiquement à la mosaïque de déchets plastiques qui harmonisent chaque égout à ciel ouvert, chaque terrain vague… Les hommes expriment bruyamment leur vivacité,  les vendeurs ambulants répètent inlassablement la même petite phrase, les chants des prières s’échappent des temples, le muezzin résonne les taxis hèlent les clients, les vieux commandent un verre de thé a l’ado qui tient boutique de l’autre cote de la rue, les enfants courent, jouent, crient et réclament de l’argent au touristes, les vendeurs de souvenir trépignent de grands gestes et de jolis discours à l’égard de ces même touristes; le tout couvert d’un concert désopilant de klaxons et de vieux moteurs qui ronronnent dans la circulation bloquée. Les animaux sont en comparaison bien calmes, les vaches fouillent les ordures à la recherche de quelques déchets organiques, elle parcourent d’un pas nonchalant la ville comme si la frénésie environnante n’était pas là. Il faut encore un peu de place pour les chiens, les cochons, les chèvres, les singes, les oiseaux qui font partie intégrante des centre-villes. Tout ce monde, à de rares exceptions trouvera latrines à son gout sur la place publique, et pour les hommes sa salle de bain. Le spectacle de la rue est tout simplement captivant. L’Inde est indescriptible et insaisissable,  vouloir décrire le moyen age et la modernité dans la même image est un effort vain!

DSCF4188

DSCF4191

DSCF4168

Mère et fils visitent les palais de Jaipur en guise d’échauffement . C’est que je suis en Inde depuis quelques jours seulement, le voyageur guide sa mère fort de son expérience des derniers mois et le fils se plie à l’incontestable autorité maternelle. Nous nous rendons à Puskar, village très religieux et très touristique où cohabitent à côté le la majorité hindoue, des sikhs, des musulmans  et une petite synagogue tenue par des Israéliens archi religieux qui m’ont fait un numéro de cirque absolument ridicule pour me remettre dans le droit chemin de la religiosité  accompagné de la seconde proposition de circoncision du voyage! En voyage à travers l’Asie  j’ai parfois la surprise de faire des excursions en Suisse, en Belgique, en Espagne, en Corée etc, à travers les rencontres avec mes confrères globe trotteurs. Les jeunes Israéliens sont très nombreux à voyager pour un an, après leur long service militaire et avant de commencer leurs études  Ils affectionnent particulièrement l’Inde, pays qui ne leur ferme pas ses portes contrairement à de nombreux autres. Marco, l’ancien hippie Québécois qui gère notre agréable gesthouse nous dit que cinq synagogues ont été ouvertes en Inde dans le but d’accueillir cette jeunesse et très certainement de les protéger contre tout égarement spirituel. Marco en 35 ans de vie en Inde est devenu un véritable Indien, à la peau claire et aux yeux bleus. Yeux dont ont hérité ses trois enfants à la peau mate.

DSCF4146

Le Rajasthan déborde de palais somptueux, preuve de la prétention des Maharajas, bien plus grands que les temples, surplombant tout le village, dotés de centaines de chambres, habillés de fresques superbes.  Il fallait surement un impôt particulièrement injuste pour les maintenir en état.  Aujourd’hui les palais sont vides, ou rarement, transformés en hôtel de luxe. Ils sont ouverts au vent, les peintures murales multi centenaires s’effaçant avec l’âme des lieux. Les Palais sont arpentés par les touristes qui croisent un peu craintivement les nouveau maîtres des lieux, des singes pas toujours amicaux.

 DSCF4261DSCF4303

DSCF4308

DSCF4310

Au rytme des bus gouvernementaux, c’est a dire 25/30 km/h dans une boite de taule qui sautille sur les nids de poule, montée sur quatre roues rigides, agrémentée d’un moteur hurlant et de l’indispensable klaxon, nous découvrons la charmante bourgade de Bundi. Des petite maisons bleues avec toutes sortes de motifs, une population charmante, qui demande comme souvent en Inde à être pris en photo, habituellement c’est l’inverse.

DSCF4326

DSCF4250

Avant de revenir à Jaipur chez Ranjana, je suis contraint et forcé d’accepter une hausse de mon standing de voyageur, Rupangarth tout petit village a lui aussi son palais, richement décoré par l’actuelle Maharaji, on y trouve une dizaine d’employés qui faute de clients dans ce qui est désormais un hôtel tournent en rond. La chambre est quasiment aussi grande que la plus part des gesthouses ou je vais habituellement et j’ose pas donner le prix!

DSCF4379

10 jours à la maison avec Maman, le décor est différent mais si je peux voyager sans crainte c’est que j’ai la chance d’avoir le toit le plus solide, les murs les plus protecteurs ou me réfugier à tout instant : un père et une mère qui ne se lasseront jamais de m’enquiquiner pour avoir des nouvelles, et moi, trop inquiet de les imaginer inquiets, je m’exécute avec plaisir.

PS : Allez jeter un oeil sur l’article du Tadjikistan deux ou trois vidéos vont arriver.

Publicités

A propos elievadrouille

Ami du velo et de la curiosité
Cet article a été publié dans Inde. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour Ma maison indienne

  1. je viens de découvrir ton blog et déjà e rêve s’installe !!!!! merci !!!
    dans mes idées les plus farfelues, je devrais passer par le nord de l’Inde pour relier le Japon !!!! mais…
    quand je vois le décalage, en tous genre, avec le confort européen, ma fainéantise revient au galop !!!!
    Alors, pour l’instant, je lis tes aventures et j’admire les photos !!!!
    celle avec la dame à la machine à coudre est sublime !!!
    à plus !!! philippe du Mans( si si, en France !)

  2. Malleret Agnès et Jean-Paul dit :

    Bonjour Elie !

    Nous suivons toujours avec intérêt ton périple, et plus particulièrement en Inde, pays que nous avons découvert récemment , à la fois fascinant et déroutant : tes descriptions et réflexions sont très justes, et tes photos superbes !
    Et puis, c’est toi qui nous fais encore voyager, maintenant que Sylvain et Pierre ont posé leurs sacoches !
    Amitiés à ta Maman, bonne continuation à toi, bonne route.
    Agnès et Jean-Paul, les parents de Pierre.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s